La Vraie Langue Celtique et CAÏN

 

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/13287310775.jpg
L’Age de fer. Caïn. Le Soir. La Mort

Gustave Moreau - 1896

Au paragraphe II du chapitre II de la Vraie Langue Celtique, l'abbé Boudet évoque ''Les premiers hommes - Adam jusqu'à Noe'' ; il écrit donc plusieurs fois les noms Abel et Caïn, notemment en pages 39, 40, 43 et 44.

Or nous pouvons observer une constante : en chaque page où l'abbé a écrit à plusieurs reprises le nom ''Caïn'', les positions de ce mot dans le texte décrivent une ''pointe'', un triangle, une forme en V ... parfois verticale, parfois horizontale.

La page 43 constitue l'exemple le plus frappant :

                           - 43 -

L'Ecriture   Sainte,   en marquant avec soin   la
profession pastorale d'Abel, semble indiquer la
provenance de son nom. Abel recueillait les
belles toisons de son magnifique troupeau ; sa
main filait la laine soyeuse , et ces fils entrelacés ,
formant et la chaîne et la trame , lui donnaient
un excellent tissu dont il se pouvait vêtir , -
abb, trame de laine , - to ell , mesurer.
    Un châtiment juste et sévère suivit de près le
crime horrible de Caïn. Le Seigneur avait dit
au fratricide : " Vous serez fugitif et vagabond
sur la terre , " et le coupable avait répondu :
" Vous me chassez aujourd'hui de dessus la
" terre et j'irai me cacher de devant votre face ,
" et je serai fugitif et vagabond sur la terre. Donc
" quiconque me rencontrera , me tuera. " Le
Seigneur lui répondit : " Non, cela ne sera pas
" ainsi ; mais quiconque tuera Caïn sera puni
" sept fois plus." Et le Seigneur " mit un signe
" sur Caïn , afin que ceux qui le trouveraient ne
" le tuassent point."
   " Caïn , s'étant retiré de devant la face du Sei-
" gneur , habita en fugitif sur la terre vers la
" région orientale d'Eden." (1)
   Le texte hébraïque , au lieu de ces paroles :
Caïn  habita en fugitif sur la terre ,  porte : Caïn
________________
  (1) Gen. c. IV. 14-16

Remarquons au passage que l'abbé évoque le fameux ''7 fois plus'' en page 43 (4+3=7), mais ceci n'est pas l'objet de ce sujet.

De plus, la hauteur de la pyramide ainsi formée est précisément de 17 lignes, nombre omniprésent dans notre affaire :

Le nombre 17 et la carte de la VLC
La SESA et le nombre 17 / la dalle des chevaliers

La SESA tome 17 - La stèle de la marquise


Nous retrouvons cette disposition ''en pointe'' des mots Caïn dans les pages 39, 40, 43 et 44 :
 

                         - 39 -

" le Seigneur dit : Il n'est pas bon que l'homme
" soit seul ; faisons-lui une aide semblable à
" lui. " (1) Dieu fit donc la femme et l'amena à
Adam. D'après l'Ecriture Sainte , la femme était
une créature ajoutée à l'homme , semblable à
lui et son aide pour la multiplication du genre
humain , c'est-à-dire , la mère ajoutée au père ,
et c'est là l'idée offerte par la décomposition du
nom d'Adam , - to add , ajouter , dam , la
mère.
    L'Ecriture Sainte donne au premier des enfants
d'Adam , le nom de Caïn. A sa naissance , Eve ,
sa mère, s'écria : " Je possède un homme par la
grâce de Dieu. "
    Caïn , en hébreu , implique l'idée de possession ,
et il vient de la racine Kana, posséder. Adam et
Eve regardaient donc leur fils comme leur bien
et leur acquisition particulière; au reste , la
puissance du père sur son enfant n'est-elle pas de
droit naturel ? Eve a eu grandement raison d'ap-
ler son premier fils, Caïn , sa possession.
   La langue celtique retient, non pas le verbe
Kana , posséder , mais le verbe Can , pouvoir.
La signification du nom de Caïn serait alors le
pouvoir, la faculté de posséder un homme par
la grâce de Dieu, et cette différence n'est point
________________
  (1) Gen. c. II. 18.

 

                          - 40 -

sensible dans la pensée qu'Eve a dû attacher
aux paroles prononcées par elle à la naissance
de son fils.
    Dans le texte hébraïque, Caïn est écrit Qin: en
langue celtique to coin (coïn) se traduit par
battre monnaie, inventer. Ne serait-ce pas là le
sens véritable de Caïn qui aurait imaginé , in-
venté la valeur conventionnelle des monnaies ?
L'amour trop vif de l'or et de l'argent étouffe
sûrement les sentiments généreux , et arme ordi-
nairement du fer meurtrier la main des assassins.
Caïn avait cent seize ans lorsqu'il commit le
crime affreux qui le fit maudire. On peut croire
avec juste raison que les hommes étaient déjà
nombreux, puisque Caïn répondant à la menace
divine , disait : " Quiconque donc me trouvera ,
me tuera." La multiplication rapide du genre
humain a dû faire naître, dans l'esprit de Caïn ,
la pensée de remplacer les échanges par une
valeur conventionnelle attachée aux métaux
précieux, or et argent.
   Abel est le second fils d'Adam et d'Eve , mais
sa mère ne lui a point donné ce nom. Josèphe
le fait dériver du mot hébreu ebel deuil ; car,
par la mort d'Abel , le deuil a fait sa première
apparition sur la terre. Pour bien saisir
le sens du mot Abel , tel que l'indique Josè-
phe , il ne faut point perdre de vue une

 

                           - 43 -

L'Ecriture   Sainte,   en marquant avec soin   la
profession pastorale d'Abel, semble indiquer la
provenance de son nom. Abel recueillait les
belles toisons de son magnifique troupeau ; sa
main filait la laine soyeuse, et ces fils entrelacés ,
formant et la chaîne et la trame, lui donnaient
un excellent tissu dont il se pouvait vêtir , -
abb, trame de laine , - to ell , mesurer.
   Un châtiment juste et sévère suivit de près le
crime horrible de Caïn. Le Seigneur avait dit
au fratricide : " Vous serez fugitif et vagabond
sur la terre , " et le coupable avait répondu :
" Vous me chassez aujourd'hui de dessus la
" terre et j'irai me cacher de devant votre face,
" et je serai fugitif et vagabond sur la terre. Donc
" quiconque me rencontrera , me tuera. " Le
Seigneur lui répondit : " Non , cela ne sera pas
" ainsi ; mais quiconque tuera Caïn sera puni
" sept fois plus." Et le Seigneur " mit un signe
" sur Caïn , afin que ceux qui le trouveraient ne
" le tuassent point."
   " Caïn , s'étant retiré de devant la face du Sei-
" gneur , habita en fugitif sur la terre vers la
" région orientale d'Eden." (1)
   Le texte hébraïque , au lieu de ces paroles :
Caïn  habita en fugitif sur la terre ,  porte : Caïn
________________
  (1) Gen. c. IV. 14-16.

 

                            - 44 -

habita dans la terre Nod. Josèphe fait de Nod un
nom propre de lieu , parce qu'il n'a pu arriver
à découvrir le sens exact de cette expression de
la langue primitive. Le terme nod existe dans
l'anglo-saxon et il donne la connaissance du
signe  de la malédiction divine attaché à Caïn ;
to nod signifie , faire un signe de tête, saluer
en baissant la tête. La note d'infamie, marquée
sur la personne du fratricide , devait donc
consister en un mouvement nerveux et convul-
sif de la tête, obligeant Caïn à la baisser honteu-
sement devant tous ceux qu'il rencontrait. D'a-
près la tradition, le signe de malédiction porté
par  Caïn était un tremblement continuel du
corps, tremblement révélateur de son forfait.
   Abel , l'enfant pieux et pur fut remplacé par
Seth , et Eve disait : " Le Seigneur m'a donné un
" autre fils au lieu d'Abel que Caïn a tué." (1)
En hébreu suth signifie mettre et placer : dans
la langue des Tectosages , le verbe to set retient
le même sens de mettre et placer. Seth était
le remplaçant d'Abel et destiné à devenir le
père des hommes fidèles à leur Créateur.
    Les tissus de laine fabriqués par Abel ne repa-
raissent plus dans le nom des premiers hommes
et cèdent la place à la mention des ouvrages de
________________
  (1) Gen. c. IV. 25.

Etant donné que cette observation peut se faire sur plusieurs pages, celles où le mot Caïn est écrit un bon nombre de fois, le hasard semble exclu et cela reflète fort probablement une volonté de l'abbé Boudet. Mais dans quel but ?

Certes l'abbé nous dit que ''dans le texte hébraïque, Caïn est écrit Qin'', aurait-il donc simplement souhaité, via une forme en V, évoquer des 5 ?

Les angles définis semblent également intéressants ...

Le triangle de 17 lignes de la page 43 (4+3 = 7) apparaît sur la page où il est question du fameux ''7 fois plus'' associé à Caïn. Or 7 x 17 = 119 ... Azimut du lever du soleil le 17 janvier !

A suivre ...

ThierryEspalion