SESA tome 17 - La stèle de la marquise


https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132900495739.jpg

Le fameux bulletin de la SESA, où apparaît la si controversée « stèle de la marquise », nous délivre quelques  surprenantes observations :

1) Où le nombre 17 est triplement suggéré

2) SESA tome 17 - quelques anomalies

3) Illustration - « Le rocher tremblant »

4) Le cadre de la STELE et le triangle sacré 3-4-5

5) Le nombre de lettres de la stèle

6) Double excursion à Rennes-les-Bains & Rennes-le-Château

Publié en 1906, le document relate les différentes réunions et activités de la SESA au cours de l’année précédente. La réelle ou imaginaire « excursion à Rennes-le-Château » de juin 1905 apparaît donc dans ce bulletin publié en 1906.

 


1° Où le nombre 17 est triplement suggéré

Chacun sait qu’un « 17 janvier » est inscrit sur la 9e ligne du relevé de la stèle.
Il est alors amusant de constater que ce document, qui présente pour la première fois cette stèle, est le Tome 17 des ouvrages de la SESA.

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845443844.jpg
Hasard diront certains ! mais ce n’est pas tout...

Observons le contenu de la table des matières :

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845443518.jpg

Le récit de l’excursion débute en page 98, or 9 + 8 = 17, autre coïncidence ?

Notons également que, quelques années plus tard, le relevé de la non moins fameuse "Dalle des chevaliers" fut exposé en page 197 d'un autre bulletin de la SESA : 1 + 9 + 7 = 17 ... encore 17 !

Nous avons donc deux pierres gravées associées à Rennes-le-Château et qui vérifient une même propriété, lors de leur diffusion dans un bulletin de la SESA !

Autre observation : 2 x 17 mm

La police utilisée pour nous transmettre un relevé de la supposée stèle induit que l’écriture « XVII janvier » mesure globalement 34 mm soit 2 x 17 mm


En choisissant le Tome 17 de la SESA et un numéro de page approprié, les responsables de cette information ont manifestement souhaité mettre en évidence le fameux nombre 17. Au-delà du symbolisme intrinsèque, le 17 s’avère d’une utilité bel et bien pratique dans la résolution de l’aspect localisation de notre énigme...

 


2° SESA tome 17 - Quelques anomalies

Un "f" au lieu d'un "i"

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845443273.jpgRetour à la table des matières ... observons l’intitulé de la fameuse excursion : le mot « juin » est écrit « jufn »
Un « f » remplace un « i »

Or « i » est la 9e lettre de l’alphabet et « f » est la 6e lettre.
Le 9 étant un 6 renversé, s’agit-il d’une simple erreur d’impression ou d’une invitation à l’inversion ou plus exactement au renversement ?
A-t-on souhaité nous orienter vers la  9e ligne de la stèle (celle où apparaît "17 janvier") ?


Deux dates différentes !

Notons qu’aucune erreur n’apparaît sur les autres lignes de la table des matières, mais loin de moi également l’idée de faire de la « mystèriosite » aiguë, il pourrait s’agir, contrairement à la mise en évidence des 17, d’une simple erreur.

Cependant une deuxième erreur intervient ... plus surprenante et peut être destinée à attirer l’attention du lecteur :

 

Dans le titre est mentionnée la date 25 juin 1905 ...

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845443012.jpg
... en revanche, en début de narration, il est écrit le 24 juin 1905 !

Surprenant qu’à la relecture, personne n’ait remarqué cette méprise, à moins d’une nouvelle maladresse de l’imprimeur ?
Remarquons alors que cette date, le 24/06/05, nous donne 2 + 4 + 6 + 5 = 17 ... encore un sacré hasard !

 

Dans son ouvrage,  l'abbé Boudet suggère à plusieurs reprises l'importance du nombre 17 ! Voir mes études à ce sujet.

A Rennes-le-Château, de nombreux 17 ont également été suggérés, au sein des réalisations de l'abbé Saunière.

Et nous venons de constater que le  17 se retrouve amplement suggéré dans le tome 17 de la Sesa.

 

 
3° Illustration - « Le rocher tremblant »

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845442772.jpg

Observons l’illustration : il s’agit des fameux Roulers et de la pierre branlante déjà évoqués par l’abbé Boudet dans la VLC, l’image est ici légendée « Le rocher tremblant ».

Souvenons-nous que l'abbé Boudet avait publié une illustration de ce même site dans son livre ! L'intention est-elle de signifier un lien entre le relevé de la stèle et La Vraie Langue Celtique ?

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845442690.jpg

L'illustration de la SESA n’est autre que le croquis d’une carte postale des frères Labouche ... à quelques détails près !
Détails qui semblent dignes d'intérêt : 


Les mains du personnage

Le personnage central attira mon attention, probablement en raison de ses jambes entortillées façon entrelacs ... et l’on ne peut s’empêcher de songer aux ornements latéraux du fameux pilier inversé (et indicateur) de Rennes-le-Château.

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845441811.jpg

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845441496.jpgLes mains, ensuite, bien mises en évidence, affichent quelques particularités anatomiques :

La main gauche comporte 3 doigts, celle de droite forme un V.


Comparons la carte postale ayant servi de modèle et le dessin : le grossissement, bien que de mauvaise qualité, permet de distinguer des différences notables entre l’original et la copie.

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845440988.jpg

Le dessinateur s’est donc autorisé quelques discrètes libertés ! L’exemple le plus frappant se situe probablement au niveau des jambes du personnage.
Par leur position centrale et leur clarté, les mains attirent également l’attention de l’observateur. Dans quel but ?

Nous délivrerait-on quelques précieuses informations ? ... Ce n’est
pas impossible !

En effet, la main gauche pourrait tout simplement indiquer le chiffre 3. Remarquons également que la disposition des doigts suggère le chiffre romain IV soit le chiffre 4. Cette main à elle seule, suggère les valeurs 3 et 4

Enfin, la main droite dessine  la lettre V , qui correspond au chiffre 5.

Les chiffres 3 – 4 – 5 semblent donc ingénieusement désignés !

3-4-5 symbolisent notamment le fameux triangle sacré, dit triangle d'Isis ou triangle de Pythagore. A-t-on souhaité nous en signifier l’importance dans la résolution de cette énigme ?

Notons également que l'auteur semble suggérer la notion 3 - 4 - 5 dans le récit de l'excursion, puisqu'il commet une erreur concernant l'altitude de Rennes-le-Château : il précise 435 mètres alors que son altitude réelle est bien plus élevée !!!

 


4° Triangles 3-4-5  

 

Les triangles d'ISIS - triangles sacrés aux proportions 3-4-5 sont omniprésents dans le cadre de l'énigme des deux Rennes !

L'abbé Boudet en a suggéré plusieurs sur sa carte, notamment via sa légende. La légende de la carte induit effectivement un triangle 3-4-5  (voir http://rennes-chateau.onlc.fr/83-La-VLC-La-legende-de-la-carte-et-le-345.html)

 

A Rennes-le-Château, où les dés figurés dans le chemin de croix sont 3 -4 et 5, de nombreux triangles d'ISIS apparaissent dans les réalisations de l'abbé Saunière. (voir http://rennes-chateau.onlc.fr/108-Le-domaine-de-labbe-Sauniere-et-la-notion-345.html)

Par exemple, le Calvaire - la tour Magdala - la tour de Verre constituent un tel triangle sacré aux proportions 3-4-5 (découverte inédite publiée dans La Clef du domaine).

RENNES LE CHAEAU ET 345 thierry espalion

 

Le cadre de la STELE et la proportion 3-4-5

 

Nous avons observé précédemment que les doigts du personnage sur l'illustration, suggéraient astucieusement les valeurs 3-4-5 ... Or, comme je viens de la rappeler, la notion de triangle d'Isis est omniprésente dans le cadre de cette énigme, dans le livre de l'abbé Boudet mais également à Rennes-le-Château.

 

stèle et triangle sacré 345 thierry espalion

 

Observation complémentaire : Il s'avère que les traits constituant le pourtour de la Stèle, définissent un triangle rectangle aux côtés proportionnels à 3-4-5 !

 

Autres remarques concernant l'illustration :

Mon ami Aetius a remarqué la présence d'un "LIEVRE" dans l'illustration de la SESA.

En ce qui me concerne, j'y ai également observé la suggestion d'un "POULPE"!

 

 

 

5° Le nombre de lettres de la stèle

 

La date du 17 JANVIER est inscrite sur le fameux "relevé de la stèle" présenté dans le tome 17 de la SESA.

 

Cette stèle de papier est constituée de 119 lettres ... or 119 est, en degrés, l'azimut théorique du lever du soleil, depuis Rennes le Château, le 17 janvier !!!

 

 

De plus, le fait que l'initiale du mot Soixante est la soixantième lettre de la stèle, souligne l'intérêt du ''Comptage'' des lettres.
Cet azimut est un élément, parmi de nombreux autres, qui invalide la croyance de certains chercheurs selon laquelle Mr Plantard aurait introduit la date du 17 janvier, dans l'énigme de Rennes.

 

 

 

6° Excursion à Rennes-les-Bains & Rennes-le-Château

 

On oublie trop souvent de préciser que cette excursion, réelle ou imaginaire, à Rennes-le-Château se poursuivit sur la commune de Rennes-les-Bains.
Constatons que les noms de nos deux villages apparaissent juste en dessous le croquis de la stèle.

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/132845440530.jpg

Les termes "reliés ensemble" ont été employés. Et l'on peut raisonnablement se demander pourquoi  associer ces deux sorties puisque les deux villages n’étaient reliés ensemble par aucune route carrossable !? D’autant plus que la fin du texte nous apprend que la visite de Rennes-les-Bains se fit en coup de vent. Ce qui est surprenant puisque c'était la première visite des excursionnistes de la SESA à Rennes-les-Bains.

Ne nous suggère-t-il pas au contraire un lien fort unissant nos deux paroisses ? Un lien immatériel ?

Cette disposition (en évidence sous la stèle) et cette double expédition à Rennes-le-Château et à Rennes-les-Bains n’auraient-elles pas pour objectif de suggérer la complémentarité des deux villages ?
Les dates/distances gravées sur chacun des calvaires des deux Rennes ne suggèrent-elles pas un tel lien ? Sujet abordé dans L'axe des calvaires.


La finalité des jalons déposés n’est pas seulement symbolique, nos « codeurs » poursuivaient un objectif essentiellement technique et concret. Susciter dans les esprits une complémentarité des deux Rennes ne pouvait être motivé que par une utilité pratique. Laquelle ? Y aurait-il eut transfert et mise à l’abris à RLC de quelques découvertes en provenance de RLB ?  Inversement, Rennes-le-Château et plus particulièrement son fameux domaine n’auraient-ils pas pour objectif de matérialiser, localiser, transmettre et perpétuer des points cruciaux, situés sur la commune de Rennes-les-Bains ?

Quoi qu’il en soit, n’oublions pas que les personnes ayant souhaité nous communiquer le relevé de la stèle (réelle ou virtuelle) ne se sont pas limitées à une « excursion à Rennes-le-Château » mais ont relaté une double excursion (réelle ou virtuelle) s’achevant à « Rennes-les-Bains ».


à suivre ... deuxième partie

voir également La SESA et le nombre 17 / la dalle des chevaliers

https://static.onlc.eu/rennes-chateauNDD/optimised/133565430742.jpg